Rencontre avec des Alsaciens …. québécois

17 October 2011

Nous en apprenons beaucoup sur les vins d’Alsace lors des soirées Alsace au Menu, mais quoi de mieux que discuter avec trois Alsaciens, maintenant déménagés au Québec, afin d’en savoir plus sur la région et ses vins?

J’ai discuté avec Stéphane Arnoux, qui habite au Québec depuis 2004, Regis Keller, qui y réside depuis 2007 et Lilly Hernandez, qui est ici depuis septembre 2010.

Premier constat : les Alsaciens aiment leurs vins alsaciens. Avant le déménagement et après le déménagement. Cependant, Regis apporte un bémol : « Je buvais principalement du vin d’Alsace avant, la ressource étant proche et peu chère. J’en bois toujours, mais beaucoup moins pour des raisons de coût. En fait, je bois moins, mais mieux. »

Personne ne sera surpris d’apprendre qu’il existe quelques différences entre le Québec et l’Alsace. Afin de pas perdre les coutumes locales, certains Alsaciens, dont Stéphane, joignent  l’Amicale Alsacienne du Québec, qui organise de nombreuses activités, souvent autour d’un repas traditionnel, bien sûr accompagné d’un vin alsacien.

Quelle sont les plus grandes différences entre le Québec et l’Alsace? « Le paysage et l’accent », mentionne Lilly. Mais il y a tout de même quelques similarités, selon Regis : « L’Alsacien et le Québécois savent en général faire la fête, et de plus en plus autour d’une bonne bouteille, pour les Québécois. »

Stéphane aussi a remarqué ce goût similaire pour la fête : « tant les Québécois que les Alsaciens attachent beaucoup d’importance aux fêtes traditionnelles. Les gens attendent ces événements avec impatience et sont fiers de mettre en avant leur identité et leur culture. »

De plus, il remarque une similitude au niveau d’une culture caractéristique à l’endroit, en raison de la proximité avec une autre culture (culture anglaise pour le Québec et culture allemande pour l’Alsace.) « Cette particularité entraine d’une part une ouverture d’esprit, mais également un certain nationalisme pour protéger la langue et la culture. »

Mais le vin, dans tout ça? Le site Web de la SAQ annonce 154 vins alsaciens disponibles , au Québec. Mais quels sont les secrets les mieux gardés de la région, selon Stéphane, Regis et Lilly?

Vins alsaciens préférés, non disponibles au Québec :

Stéphane : les grands crus du Domaine Dopff , que ce soit le Riesling de Riquewihr ou le Gewurztraminer de Riquewihr.

Regis : le Pinot Gris, côtes de Kaysersberg, de chez Jean Dietrich.

Lilly : Elle aime bien boire des Pinot Gris lorsqu’elle visite l’Alsace, mais n’a pas en tête de domaine spécifique.

Vins alsaciens préférés, toutes catégories :

Stéphane : le Pinot Gris Réserve de la Cave de Kientzheim-Kaysersberg.

Regis : le Riesling. Ses deux choix : le Riesling d’Alsace Grand cru Wineck Schlossberg, de chez Clement Klur et le Riesling d’Alsace Grand cru Rosacker, du Domaine Agapé.

Lilly : les Rieslings.

Alors, quand part-on sur la route des vins alsaciens, goûter à tous ces cépages?