Questionnaire Sommelier: Marie-Josée Beaudoin

15 March 2012

Marie-Josée Beaudoin a grandi en restauration, ce fût donc un choix tout naturel de choisir le programme de Gestion hôtelière de lTHQ. Elle complete ensuite le cours de Sommelier Conseil à l’Université-du-Vin de Suze-la- Rousse dans le Sud de la France et reçoit son diplôme de sommelière en 2002.

Elle travaille ensuite pour les hôtels Fairmont à Victoria puis revient à Montréal où elle travaille dans quelques institutions, telles que L’Épicier, Vauvert, Laloux et Newtown.

C’est au Laloux, en 2008, qu’elle travaille pour la première fois avec Marc-André et Patrice. La collaboration complice est presque immediate, elle est aujourd’hui Maître d’hôtel et Sommelière aux 400 Coups.

Depuis combien de temps êtes-vous sommelier?

J’ai gradué en avril 2002, donc maintenant 10 ans que j’ai reçu mon diplôme, mais je travaille à
temps plein comme sommelière depuis 2005.

D’où vous vient cette passion pour le vin?

J’ai grandi dans une famille qui appréciait le vin, donc ça fait parti des repas pour moi depuis
longtemps, mon père, qui est également restaurateur, m’a fait déguster mes premiers vins à
l’âge de 14 ans.

Où avez-vous étudié?

Après des études en gestion hôtelière à l’ITHQ, je suis allée faire le cours de Sommelier Conseil
en France, à l’Université du Vin de Suze-la-Rousse, dans la vallée du Rhône.

Avez-vous eu la chance de visiter beaucoup de vignobles? Quelle visite est la plus
mémorable pour vous?

Lors de mon cours en France j’ai eu la chance de visiter plusieurs domaines du sud de la France
et j’essaie de faire des voyages dans des régions viticoles le plus souvent possible. Dans les
dernières années, j’ai eu la chance de visiter la Vallée de l’Okanagan, la Californie, l’Argentine, le
Chili, l’Italie et je m’apprête à partir pour la Champagne dans quelques jours.

La visite la plus mémorable est certainement l’Argentine, le décor est magnifique avec les vignes et la Cordillères des Andes derrière, les gens sont très accueillants et les vignerons ont une
notion de terroir surprenante pour l’Amérique. Malheureusement les vins argentins sont mal
représentés à la SAQ, puisque nous avons souvent seulement leur cuvée bas de gamme de gros
producteurs, mais j’ai goûté des vins exceptionnels lorsque j’étais là-bas.

Pour quels restos avez-vous travaillé ou travaillez-vous?

Je suis présentement la Maître d’Hôtel et la sommelière au restaurant les 400 Coups que j’ai
ouvert en octobre 2010 avec les chefs Marc-André Jetté et Patrice Demers. J’ai travaillé au
Newtown, au Laloux, au Vauvert et Chez L’épicier dans les dernières années.

Quels types de vin préférez-vous?

J’ai un faible pour les vins effervescents, selon moi on n’a pas besoin d’attendre les grandes
occasions pour ouvrir les bulles, j’apprécie également les vins blancs complexes comme ceux de
la Bourgogne, de l’Alsace et de la Loire.

Quel est votre vin d’Alsace préféré?

Probablement le pinot blanc qui n’est pas très répandue, mais qui est très agréable lorsqu’il est
bien travaillé et bien sûr le crémant d’Alsace qui s’avère parfait pour l’apéro.

Votre meilleur accord mets/vin d’Alsace?

Un classique de notre chef pâtissier au restaurant est un granité de litchi avec yogourt au
chocolat blanc, chips d’hibiscus, poudre de rose, gelée de Campari et pamplemousse, c’est un
mariage parfait avec un Gewurztraminer un peu sucré. Présentement je sers un Gewurztraminer
Alsace Grand Cru de Dirler-Cadé avec ce dessert.

Est-ce que le métier de sommelier est différent au féminin ?

Je ne crois pas que le métier soit différent pour des femmes, c’est un métier très exigeant, autant au niveau de la concentration que du côté physique, comme on travaille de longues heures et dans un milieu stressant. Mais le métier reste le même pour un homme ou une femme.

Avez-vous des applications ou des gadgets-techno à nous partager?

J’ai quelques applications sur mon téléphone que j’utilise: celle de la SAQ, pour trouver dans quelles succursales les produits sont disponible,  VintageChart du Wine Spectator qui propose un tableau avec les millésimes par région et aussi VinGo pour la liste des vins que j’ai bu et dont je veux me souvenir. Sinon je ne suis pas très gadget, un bon vieux ouvre-bouteille me convient!