L’esprit de l’ouest souffle sur la couronne nord

21 April 2017

Rencontre avec Paul Couture et Simon Boudreault, chef et sommelier de l’Oregon Bar à Vin

Pour bien représenter les vins d’Alsace, nous désirions nous associer avec des restaurants où les produits locaux et saisonniers sont à l’honneur. C’est en entamant nos recherches qu’un projet prometteur de jeunes passionnés a rapidement piqué notre curiosité. Situé dans le quartier Sainte-Rose de Laval, l’Oregon Bar à Vin se distingue en proposant une expérience culinaire tout en fraîcheur avec une carte qui change au gré des saisons et de la créativité du chef Paul Couture ainsi que celle du sommelier Simon Boudreault.
Question d’en apprendre davantage sur leurs parcours et influences, voici l’entrevue que nous avons eu la chance de réaliser dans ce lieu magnifique et verdoyant.

DSC_2203

DSC_2099

Simon, qu’est-ce qui t’a mené vers la sommellerie? Peux-tu nous raconter un peu ton parcours?

SB : Ma passion pour la restauration, la gastronomie et les plaisirs de la table m’a naturellement mené vers la sommellerie. Mes expériences de travail dans les restaurants montréalais (La Salle à Manger, Hôtel Herman) m’ont fait côtoyer des gens passionnés qui ne vivaient que pour le vin. Ils ont profondément influencé mon parcours. Bien que mon cours soit complété, je continue de nourrir ma passion quotidiennement en lisant, en participant à des formations et en dégustant.

As-tu un souvenir à nous raconter concernant ton expérience avec les vins d’Alsace?

SB : Je me souviens d’avoir bu un verre de riesling au comptoir du restaurant La Salle à Manger avec un cuisinier fou de ce cépage après mon quart de travail.

DSC_2171

Et toi Paul, quand as-tu su que tu voulais devenir chef?

PC : Venant d’une famille qui cuisinait beaucoup, l’intérêt pour la cuisine est apparu très jeune. À 16 ans, je travaillais dans une cuisine comme boulot d’étudiant. De fil en aiguille, ma passion s’est accrue et je me suis investi pleinement en cuisine. Mon passage Chez Boulay, Au Pied de Cochon et au Merchant Tavern (Raymond’s Group) à Terre-Neuve m’ont grandement appris.

Votre inspiration vient de la côte ouest, d’où le nom Oregon. Pourriez-vous nous raconter comment le projet a vu le jour?

SB + PC : C’est un projet commun d’amis de longue date. Le but était de créer un endroit dynamique où l’on mange bien, où l’on boit des choses intéressantes, où l’ambiance et le décor mènent à la fête et où l’énergie est palpable. Oregon : pour la nouvelle région vinicole de qualité, pour une cuisine de produits frais et locaux suivant la mentalité de la ferme à la fourchette, pour un éclectisme et une originalité propres à l’Oregon et sa ville effervescente : Portland.

DSC_1979

Comment choisissez-vous les ingrédients qui composent vos recettes? Faites-vous votre sélection de produits frais en tenant compte de la saisonnalité?

PC : La proximité, la saisonnalité et la qualité des produits sont mes principes de base pour choisir mes produits. Je tente le plus possible de collaborer avec les producteurs du coin et de travailler pour faire en sorte que nous puissions offrir des produits frais tout au long de l’année. Une bonne façon d’y parvenir est de faire des conserves après les récoltes.

Avec quels producteurs locaux collaborez-vous?

PC : Les Fromages du Québec, Agneau de Kamouraska, le Porc du Rang 4… Nous travaillons en ce moment sur des partenariats avec les fermes biologiques de la région de Laval et des environs.

Simon, comment as-tu élaboré la carte de vins d’Oregon? Qu’est-ce qui attire ton intérêt en matière de vins?

SB : Deux lignes directrices assez fortes sont les bases de ma carte : des vins vivants qui respectent la nature, des vins frais et digestes sans lourdeur. Funky ou classiques, je veux des vins qui ont de la personnalité, des vins qui ont des choses à raconter. Mes vins sont variés, proviennent de partout et sont conçus avec des cépages moins représentés sur le marché.

Qu’est-ce qui fait des vins d’Alsace des produits si uniques/particuliers selon toi?

SB : Les vins d’Alsace sont assez racés, distincts. Ce sont des vins de gastronomie, des produits qui se prêtent facilement aux accords mets et vins. Chaque cépage alsacien a sa personnalité propre aux caractères assez forts.

Peux-tu nous parler des vins d’Alsace que tu as mis sur la carte? Comment les décrirais-tu?

SB : Clément Klur, Pinot gris Katz 2014 : corpulent et gourmand, terreux et herbacé avec une belle élégance.

Josmeyer, Riesling le Kottabe 2013 : fin et délicat, belle tension avec une longueur assez impressionnante, citronné et pétroleux (classique riesling).

Ostertag, Riesling Grand Cru Muenchberg 2014 : puissant, costaud, racé, équilibré. Grand vin typique pétroleux et profond.

Nous tenons à remercier l’Oregon Bar à Vin pour l’accueil chaleureux. Notre visite a-t-elle suscité l’envie de vos papilles?