Le vin et ses bienfaits pour le coeur

18 April 2011

Un bon souper est nécessairement accompagné d’une bonne bouteille de vin. Qu’il soit servi à l’apéro, lors du repas ou bien au dessert, la consommation de vin peut offrir des avantages considérables pour votre santé. Tour d’horizon complet! Pourquoi ne pas lire cet article en vous débouchant un bon vin d’Alsace, question de se mettre à l’aise et de pouvoir mieux se forger une opinion sur le sujet?

Il est à noter qu’il importe de consommer le vin avec une certaine modération puisque les effets protecteurs qu’on lui attribue disparaissent avec de grandes quantités bues! Une consommation d’alcool raisonnable pour une femme se situerait autour de 5 oz (soit environ 150 millilitres) et le double pour les hommes. En effet, les hommes, ayant une carrure plus impressionnante que les femmes, possèdent donc plus de liquides corporels pour venir diluer les effets de l’alcool. Ils ont aussi l’avantage d’avoir une plus grande quantité d’une enzyme hépatique qui aide à l’élimination de l’alcool. C’est majoritairement pour ces raisons que les hommes peuvent boire un peu plus que les femmes.  Alors messieurs, vous saurez quoi dire à vos blondes pour justifier votre consommation plus élevée d’alcool! Au-delà de ces quantités, nous ne bénéficions plus des bienfaits de l’alcool.

Quels sont donc ces bienfaits que nous attribuons à la consommation de vin et s’agit-il de mythes ou bien de la réalité?  Le vin a un effet cardioprotecteur s’il est consommé modérément chaque jour. Cet effet a été mis de l’avant par les Français, grands consommateurs de vins, qui sont peu touchés par les diverses maladies cardiovasculaires malgré une alimentation assez riche en graisses saturées. Le terme « paradoxe français » est alors utilisé pour justifier le tout. Qu’est-ce qu’un paradoxe? Il s’agit d’une proposition qui contient ou semble contenir une contradiction logique qui, bien que sans faille apparente, aboutit à une absurdité. En effet, il est assez absurde de penser aujourd’hui qu’une alimentation riche en gras saturés ne mène pas à l’apparition de maladies coronariennes! C’est pourquoi les Français ont retenu l’attention du monde scientifique pour découvrir ce qui se cachait derrière tout cela. La consommation de vin était-elle la clef pour résoudre l’énigme? Peut-être! Les scientifiques ont découvert plusieurs composés contenus dans le vin qui agissent en tant qu’antioxydants et pourraient ainsi prévenir l’apparition des maladies du cœur. Si vous avez la chance de pouvoir vous procurer une copie du Guide alimentaire méditerranéen, vous constaterez qu’ils ont pensé y inclure un pictogramme prônant la consommation d’un verre de vin par jour. Il est amusant de voir qu’il y a plusieurs différences avec notre alimentation usuelle. Par exemple, on y trouve avec abondance des produits céréaliers complets et à grains entiers, une variété plus qu’intéressante de fruits et légumes et une utilisation abusive de l’huile d’olive. La diète méditerranéenne prêche la consommation de poissons plusieurs fois par semaine au détriment de celle de la viande rouge qui doit presque disparaître du menu. Adopter ce régime, c’est avant tout se garantir une bonne santé tout en alliant plaisir et gastronomie.

Toutes les variétés d’alcools procurent des bienfaits pour la santé de votre cœur. Qu’on parle de vin, de bière ou de spiritueux, tous feront augmenter votre taux de bon cholestérol, soit le cholestérol HDL. Cependant, pour ce qui est du vin rouge, ce dernier offre davantage de bénéfices. Il contient un composé antioxydant, le resvératrol, qui inhiberait l’oxydation du mauvais cholestérol (LDL). Le mauvais cholestérol se dépose sous forme de plaques sur les artères et, à la longue, risque de les boucher, c’est ce qu’on appelle l’athérosclérose. On peut également retrouver le resvératrol dans d’autres aliments tels les arachides, les fèves de cacao, les mûres, la rhubarbe, la grenade et le sorgho.

À la lumière de tous les effets bénéfiques qu’apporte la consommation d’alcool, il est important de se rappeler qu’il ne s’agit surtout pas d’un remède! Jamais un médecin ou un nutritionniste vous conseillera de boire de l’alcool pour réduire le risque de maladies cardiovasculaires. On y va tout simplement avec la notion de plaisir et l’on essaie de modérer sa consommation pour profiter de tous les avantages dont on peut en tirer pour notre santé.