Alsace Au Menu chez Picapica, un voyage épique et pimenté de découvertes

13 October 2010

Montréal, le 13 octobre 2010
Cette toute nouvelle soirée Alsace Au Menu nous a fait allègrement voyager vers le sud ensoleillé et les Caraïbes pour une envolée gastronomique aux saveurs festives et insoupçonnées. Le tapis rouge était déroulé pour une foule de têtes d’affiche et de foodies à l’affût d’un mariage heureux entre Vins d’Alsace et belles saveurs. Parmi les convives, on a remarqué Abeille Gélinas et Francisco Randez… pour ne nommer que ceux-là. Leur curiosité sera grandement récompensée, car la soirée mérite sans contredit cinq étoiles. Certes, les Grands Blancs et l’Amérique du Sud furent un mariage de rêve. De l’apéro au dessert, l’atmosphère était à la fiesta!



Vidéo

[youtube GOFeMWQ8uIw]


Du piquant et de Grands Blancs

En attendant l’entrée, un divin Crémant Wolfberger délie les langues et les conversations. Déjà on reconnaît les habitués… Et dès l’arrivée, ils annoncent déjà qu’ils veulent être de la prochaine soirée.

19 h

Philippe Fehmiu, notre fabuleux maître de cérémonie, nous accueille. Il questionne les convives. Plusieurs comptent déjà parmi les habitués des soirées Alsace Au Menu et d’autres ont été séduits par cette nouvelle destination. Qu’ils soient Sud-Américains d’origine ou de cœur, ils veulent à tout prix vivre cette expérience Grands Blancs et saveurs. Ces mordus de pays chauds deviendront complètement accrocs. Philippe termine son intro sourire aux lèvres : bons vins, bons plats, ambiance latine… La soirée sera extra!

Un repas aux accents chantants

Nick Hamilton, notre œnologue favori, prend le micro, le temps de nous confier son amour avoué pour les Vins d’Alsace. En quelques mots et quelques gorgées, il nous explique que les Grands Blancs sont agréables et aisés à apprécier. La majorité des vins est de cépage et quelques autres, d’assemblage. On sait donc à quoi s’attendre. Il ajoute que les Vins d’Alsace sont de toutes occasions, certains nobles et d’autres à déguster au quotidien. Il les adore et les recommande pour leur grande polyvalence. Leur variété nous offre une foule de possibilités pour les marier… ce que nous constaterons au fil de cette divine soirée.

Pour débuter, un sublime ceviche signé… Philippe Fehmiu

Décidément, il est aussi doué aux fourneaux qu’au micro. Juste à l’entendre le décrire…, on a hâte de se le mettre sous la dent. Tous succombent. South America, nous voilà! Même Abeille Gélinas, végétarienne notoire, en a redemandé, c’est tout dire… Ce ceviche de pétoncle ultra raffiné a été joyeusement servi avec les rieslings Willm 2009 et Léon Beyer 2008, tout simplement sublissimes. Leur acidité atténue parfaitement la chaleur du plat. Évidemment, nous avons tout fait pour que la recette nous soit donnée. Philippe a finalement craqué. En exclusivité, la voici!

Recette de ceviche de Philippe Fehmiu

Un poisson, un mollusque et trois agrumes…
Ma combinaison préférée est celle du thon rouge flanqué de pétoncles.

Autres combinaisons possibles :

• Vivaneau et moules
• Morue et huîtres
• Tilapia et palourdes
• Requin…

Marinade

Trois portions de jus d’orange pour une portion de citron et une de lime.

Ingrédients

Oignons rouges hachés finement
Tomates cerise coupées en deux
Avocats en cubes
Coriandre fraîche hachée finement
Sauce Claudelle édition 2010 (Créateurs de saveurs – Cantons-de-l’Est)

Méthode

1. D’abord, assurez-vous que le goût de la marinade vous plaît.
2. Mélangez ensuite les tomates, les avocats et la coriandre fraîche hachée. Ajoutez le poisson et les mollusques, mélangez et ajustez les ingrédients au goût.
3. Mettez au congélateur pendant 15 minutes.
4. Remuez et laissez reposer au réfrigérateur pendant 15 minutes.
5. Laissez 5 minutes à la température de la pièce.
6. Servez!

Buen provecho, cono!

Puis nous passons en beauté à l’entrée. Le chef Manolo du restaurant Picapica nous décrit l’entrée de porc rôti et longuement mariné que nous allons déguster. Une recette Caraïbes au possible qui se conjugue magnifiquement avec le Pinot gris, Léon Beyer 2008. Un nouveau classique est né. Pour l’occasion, il l’a légèrement épicé. C’est un must de son resto… lorsque vous irez, on ne peut trop vous le suggérer.

Bu sur le web… en direct et en délicatesse

Aurélia, une fidèle de nos soirées dont le charme et la spontanéité nous font craquer, nous invite à déguster un vin d’assemblage, un Marcel Deiss 2008. Pour la première fois, elle agit comme sur son site : elle ouvre la bouteille, s’extasie (avec raison) et commente. Elle demande aux convives leurs impressions, tout le monde se prête au jeu, on déguste, on cherche, on savoure, on se prononce… miel, nectar… On aime. Nick Hamilton précise : cette maison travaille avec le sol et mêle les cépages comme pour nous dire : « Regardez ce que le sol goûte. » Passionnant. On goûte et effectivement, on est transporté…

Intermède. Philippe nous présente une blogueuse de calibre : Don Quichotte. Elle lève son verre. Elle porte un poncho ultra tendance, Philippe ne peut s’empêcher d’ajouter : c’est poncho dehors! Parlant de blogueuse, Marie-Annick Boisvert, adepte des soirées, ne peut s’empêcher de nous donner… le score du Canadien. Quelle que soit l’issue, chez Picapica, l’atmosphère est à la fiesta.

Un plat conjugué à la puissance 3

Voilà que l’on nous propose une assiette combo. Extase. Sur les conseils du chef, on débute par la morue caramélisée, on passe ensuite au poulet en sauce pour terminer par le homard. Trois parfums qui s’allient à merveille au Pinot blanc, Arthur Metz 2009.

Entre ce plat et le somptueux dessert qui suivra, Maria Sanz nous met l’eau à la bouche (encore!) avec un livre de recettes du terroir vénézuélien. Elle poursuit avec la narration de ses découvertes cubaines… Des restos hors sentiers dans la région où Christophe Colomb aurait accosté. Bref, elle nous invite joliment au voyage. Les Vins d’Alsace sont un must pour l’expédition.

Happy end

La soirée se termine par un dessert divin, un Dulce de leche con alfajores, aussi agréable à déguster qu’à prononcer, que les invités complimentent jusqu’à la dernière bouchée. Il est accompagné d’un non moins suave Gewurztraminer, Arthur Metz 2009.

23 h

Tous sont repus et comblés. Les twitters n’ont pas cessé. Encore une fois, beaucoup d’appelés et peu d’élus, car l’événement affichait complet depuis longtemps. Heureusement, bientôt, il y aura une autre soirée… À vous de vous inscrire, car on la prédit À ne pas manquer!


Photos

[flickr-gallery mode=”photoset” photoset=”72157625168581552″]


Vins servis

  1. Crémant d’Alsace, Wolfberger
  2. Riesling, Willm 2009
  3. Riesling, Léon Beyer 2008
  4. Pinot gris, Léon Beyer 2008
  5. Pinot blanc, Arthur Metz 2009
  6. Gewurztraminer, Arthur Metz 2009
  7. Cépages d’Alsace, Marcel Deiss 2008

Menu détaillé

Menu de la soirée au restaurant Picapica

Apéritif
Crémant d’Alsace, Wolfberger

Entrée froide
Un régal coloré « à la péruvienne »
Ceviche tradicional
Suprêmes de pétoncles frais

Riesling, Willm 2009
Riesling, Léon Beyer 2008

Entrée chaude
Escale gourmande aux Caraïbes
Pernil al Caribe
Épaule de porc rôtie et effilochée à la mode des Caraïbes

Pinot gris, Léon Beyer 2008

Plat
Saveurs latines pour papilles averties
Plato de Latinoamérica
Poulet sofrito et sauce mole, filet de morue caramélisé au sucre de canne sur salsa de papaye, homard au chipotle et arroz

Pinot blanc, Arthur Metz 2009

Coup de cœur d’Aurélia Filion
Cépages d’Alsace, Marcel Deiss 2008

Dessert
Destination sucrée en Terre de Feu
Dulce de leche con alfajores

Gewurztraminer, Arthur Metz 2009